dimanche 12 juin 2011

Quelques nouvelles en ce début d'été

Bonjour à tous,

Nous voilà déjà depuis plusieurs mois en plein rush, et c'est pour cela que vous n'avez plus de nouvelles de nous. Nous profitons d'un petit moment de calme pour glisser quelques phrases sur le blog.

Nous avons commencé les distributions des paniers AMAP au début du mois de mai (et non au mois d'avril comme prévu). Nous travaillons avec l'AMAP du Haillan et celle de Caudéran, pour lesquelles nous fournissons l'équivalent de 35 et 15 grands paniers à 18 €. En réalité ce sont surtout des demi-paniers.

Vous pouvez suivre l'évolution des AMAPs sur leurs blogs respectifs :

http://amap.lehaillan.org/
http://amapcauderan.eklablog.fr/

Depuis le début du mois de juin, nous avons également commencé la vente à la ferme le samedi matin. Nous avons eu du monde dès la première semaine et la deuxième semaine a été un franc succès : au bout d'une heure nous avions déjà tout vendu ! Nous ne pourrons malheureusement pas répondre à la demande de tout le quartier, car les AMAPs restent prioritaires.

En ce qui concerne la production, les champs se remplissent petit à petit, nous avons eu beaucoup de retard dans les plantations de printemps, car nous avons eu du mal à tout gérer en même temps, mais nous avons quasiment réussi à nous mettre à jour. Certains légumes comme les aubergines et des poivrons donnerons donc un peu plus tard que prévu et nous allons devoir remplacer certains légumes non semés par d'autres légumes à croissance plus rapide. Par contre, les courgettes ont bien démarré et produisent en quantité, les pommes de terre nouvelles sont assez jolies, les concombres ont démarré et les tomates commencent à rougir. Nous avons également eu une belle production de carottes de printemps qui nous a bien aidé à remplir les paniers. Jusqu'à maintenant, il y avait à chaque fois entre 7 et  9 produits différents dans les paniers.

La sècheresse nous a un peu inquiétés et nous avons passé beaucoup de temps à installer et déplacer l'arrosage, mais heureusement, l'eau ne manquait pas dans la nappe. Les dégâts restent donc assez limités (irrégularité dans les salades et retard de croissance de certains légumes). Les petites pluies de cette semaine sont donc les bienvenues.

La ferme est par contre toujours en chantier. Le réseau d'irrigation est en place, mais nous n'avons toujours pas fini de reboucher les tranchées, ni installé les nouvelles pompes dans les nouveaux forages. En plus de la serre de semis, nous avons 3 serres en production, dont 2 sans portes et 1 serre non bâchée. Et toujours du bazar un peu partout...

Nous avons eu du renfort de main d'oeuvre quasiment en continu depuis le mois d'avril, ponctuellement (Charlotte et Antoine, Jean-Alain et ses enfants, Vincent, Philippe et Arlette), sur plusieurs jours (Gilles et M. Vaillant), et des stagiaires : Chloé pendant un mois, Aurélie, qui sera avec nous 15 jours par mois probablement jusqu'en novembre, et Thomas qui est avec nous pour un mois et demi. Merci à tout ce petit monde qui nous a permis et nous permet encore d'avancer sans trop nous noyer. Sans oublier la mère de Fanny, qui nous aide quotidiennement et gère le quotidien pour tout le monde, et l'oncle de Fanny qui nous dépanne régulièrement sur certains travaux.


Voilà pour le moment. Nous allons essayer de prendre quelques photos des champs pour pouvoir les mettre sur le blog. Par contre il est probable que les nouvelles continuent à se faire rares jusqu'à la fin de la saison. Nous vous souhaitons donc un très bon été.

A bientôt !

Adrien et Fanny

lundi 21 mars 2011

Mars - le printemps arrive

Depuis le mois de janvier, les choses ont bien avancé sur la ferme. Néanmoins, nous devons faire face à certains ravageurs qui prennent nos champs pour un garde manger.

Nous avions déjà parlé des lapins dans un message précédent, et il a été dur de trouver une solution efficace pour les arrêter. Après avoir essayé les cheveux, les poils de chats et autres remèdes de grand mère, après avoir fait fureter les terriers, installé un chat sur la ferme, avoir passé des heures à couvrir et découvrir nos salades, nous nous sommes résolus à investir dans une solution aussi efficace qu'onéreuse : des filets électrifiés spécial lapins. Depuis que nous les avons mis en place, nous n'avons pas eu de nouvelles attaques, mais nous restons vigilants.

Notre principal ennemi à présent est un petit insecte présent dans le sol sous forme de larve, qui occasionne beaucoup de dégâts. Il s'agit du taupin, plus communément appelé ver fil de fer. Pour le moment, ce sont surtout les salades qui sont attaquées, et les dégâts sont minimes sur les autres cultures. Nous craignons également des attaques sur les pommes de terre, qui sont un de leurs mets préférés. Les pommes de terre sont alors trouées, mais pas véreuses, car ils n'y restent pas. Il est tout à fait normal que la population de taupins soit importante cette année, car nous remettons en culture une ancienne prairie, milieu qui lui est particulièrement favorable.

En effet, les insectes adultes viennent pondre dans les sols enherbés, protégeant ainsi leur descendance des prédateurs et de la dessiccation. Les larves se développent dans le sol pendant trois à cinq ans, en se nourrissant de racines et de débris végétaux. La quantité de taupins va diminuer naturellement, car les insectes adultes n'ont plus d'endroit pour pondre.

De plus, en travaillant le sol, nous perturbons les larves : une partie d'entre elles se retrouve exposée au soleil et aux prédateurs. Pour le moment, nous nous appliquons à bien nettoyer les parcelles en griffant le sol au croc, ce qui nous permet d'en ramasser un bon nombre (cf diaporama). Dans les cultures sensibles, nous avons également déposé des morceaux de pommes de terre qui servent d'appât. Tous les jours, nous venons contrôler ces morceaux de pommes de terre disposés sur le sol pour ramasser les taupins en plein festin. Malheureusement, il serait trop fastidieux de mettre des pièges sur toute la surface cultivée, et de les relever tous les jours. Nous aurons donc des pertes cette année, nous croisons les doigts pour que les attaques restent limitées. Les attaques de taupins sont particulièrement importantes au printemps et à l'automne car les larves remontent pour s'alimenter à ces périodes.




Mis à part ça, la plupart des légumes se porte bien. Voici un petit aperçu des semis et plantations en attendant plus de détails en fin de semaine.














dimanche 27 février 2011

Février - Plantation des haies

Le week-end dernier nous avons planté des haies tout autour de la ferme. Nous remercions tous ceux qui sont venus nous aider sous la pluie, dans la joie et la bonne humeur. Ci-après, l'article publié par Daniel Duclos dans Sud-Ouest le 26 février :

Des citadins à l’école de la nature

LE HAILLAN ÉCHANGES Des membres de l'Amap haillanaise ont participé à la plantation de haies sur l'exploitation de leurs partenaires maraîchers

Une petite leçon avant les travaux pratiques. photo D. D.



Samedi dernier, la pluie n'avait pas empêché les membres les plus téméraires de l'Amap Haillanaise de participer à un atelier plantations sur les terres de leurs jeunes partenaires, les maraîchers Fanny Puard et Adrien Busson. Ces derniers avaient, pour leur projet de plantation de haies, contacté l'association Arbres et paysages en Gironde (1), basée au Haillan, qui s'est occupée pratiquement de tout, du choix des espèces, fourniture des plants et paillage biodégradable à l'assistance technique à la plantation et la recherche des financements.

Le Conseil Général de la Gironde et la Région se partagent 80 % de l'investissement, le solde étant financé à travers Proximité Carbone, un fonds de dotation, qui est habilité à recevoir des aides d'entreprises engagées dans une démarche de développement durable. C'est la société Audemat, une entreprise de composants électroniques de communication de Mérignac, qui a apporté sa participation financière.

De multiples avantages

Après avoir écouté les explications d'Eddy Renaud, le technicien de l'association APG, les « consom'acteurs » se sont appliqués dans la bonne humeur à la plantation des arbustes préalablement pralinés dans un mélange de boue et de bouse de vache bio. Ce sont 645 mètres de haies avec environ 25 espèces différentes qui auront été plantées. L'intérêt est multiple, la haie constituera un réservoir d'insectes auxiliaires et d'oiseaux qui participeront à la régulation naturelle de nombreux ravageurs des cultures, ce qui est particulièrement intéressant en agriculture bio.

Elle aura aussi un effet brise vent, qui limitera l'érosion éolienne et protègera les tunnels des tempêtes. Elle servira en outre de barrière naturelle et jouera un rôle esthétique dans le paysage, avec des floraisons étalées sur les saisons. Enfin, d'ici quelques années, elle fera profiter des fruits des châtaigniers, noisetiers, cognassiers, poiriers et autres pommiers sauvages.

Cette journée qui a eu le mérite de rapprocher un peu plus les membres de l'Amap et les producteurs, s'est terminée à l'abri de la serre des semis par un pique-nique amical.

Les Amapiens précisent que les paniers de légumes seront produits à partir du mois de mai prochain et invitent les personnes qui souhaitent les rejoindre à se rendre sur le site Internet amap.lehaillan.org ou de faire acte de candidature auprès de Michèle Duclos au 06 15 98 67 61 et micheleduclos33@orange.fr.

(1) Renseignements complémentaires : http://arbres.paysages.33.free.fr

samedi 5 février 2011

Des nouvelles du terrain en ce début d'année 2011

Fin décembre, la famille d'Adrien (Philippe, Arlette et Anaïs) est descendue de la Mayenne pour nous aider à démonter la dernière serre. Anthony, un autre maraîcher en cours d'installation, ainsi que Grégory et Gilles sont également venus nous prêter main forte.


En janvier, nous avons commencé à mettre en culture notre première serre, avec le semis de carottes et navets et la plantation des poireaux de printemps. En plein champ, nous avons planté les premières salades. Le reste des plants continue à pousser sous la serre d'élevage.

A l'extérieur, nous avons un gros problème de lapins, qui dévorent depuis quelques semaines les premières feuilles de l'ail que nous avons planté. La semaine prochaine, nous faisons venir un maître fureteur, qui viendra déloger les lapins de leurs nombreux terriers, à l'aide de ses furets.




Cette semaine, nous avons fait réaliser nos deux forages, qui nous permettront d'arroser tous nos petits légumes. Le parcours administratif a encore une fois été long afin d'obtenir les autorisations nécessaires.

dimanche 19 décembre 2010

Ca y'est, nous sommes de jeunes agriculteurs !

Notre dossier est passé en commission (CDOA) mardi 14 décembre et il a été validé. Nous pouvons donc officiellement commencer à travailler !

Mais ne croyez pas que le parcours du combattant soit terminé ! Il nous faut maintenant rentrer dans le timing des différentes commissions et enveloppes budgétaires. Nous l'avons d'ailleurs échappé belle, car nous avons failli devoir attendre jusqu'au mois de mars, voire avril,  avant de pouvoir débloquer nos prêts... pour avoir des légumes en avril ! une histoire de fous !

En effet, les prêts jeunes agriculteurs sont bonifiés par l'Etat et sont donc beaucoup plus contraignants que des emprunts classiques. Les dossiers de financement doivent passer par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer et il faut compter au moins un mois à compter du moment où l'on fait la demande pour débloquer les fonds. Sauf que l'on ne nous avait pas prévenus que la date limite pour rentrer dans l'enveloppe de prêts 2010 était au 15 décembre, et que passée cette date, il fallait attendre la fixation des quotas et enveloppes 2011,... prévue approximativement entre janvier et mars !

Finalement, à force de coups de fils auprès des uns et des autres, nous avons une semaine supplémentaire pour monter le dossier. Nous avons donc un peu bousculé nos banquiers et nous avons passé quatre heures vendredi à remplir et signer des papiers ! On croise les doigts pour qu'il ne manque rien et pour que notre dossier passe !

Entre temps, nous avons commencé à créer notre société (EARL Jardin du Berlincan). Nous avons rédigé les statuts, nous les avons enregistré auprès des impôts, nous avons ouvert un compte en banque et nous avons fait paraître une annonce dans un journal d'annonces légales. Le but étant de déposer tous les papiers pour l'enregistrement de la société au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) en milieu de semaine prochaine (avant les départs en vacances).

Nous devons encore finir de rédiger le bail et le signer, fournir tout un tas de papiers, remplir quelques formulaires... que de joies !

Nous devons également remplir des dossiers pour des demandes de subventions, afin de passer sur les prochaines commissions d'attribution. Ce sont des subventions à objet très spécifiques, et tant que nous n'avons pas eu de réponse sur le montant accordé, nous ne pouvons ni régler les investissements, ni même commander le matériel pour lequel nous demandons une aide. Nous sommes donc bloqués !

Tout ce travail administratif demande vraiment beaucoup de temps et d'énergie, que nous ne pouvons pas consacrer au travail de terrain.

Nous avons tout de même réussi à remonter une serre de production, sous laquelle nous espérons pouvoir semer et planter incessamment sous peu carottes, navets et une petite partie des poireaux.

Nous avons également semé en plaques des salades et des blettes suivront bientôt.

D'ici quelques jours, nous mettrons des photos de ces dernières semaines. Bonnes vacances à ceux qui en ont et bon courage pour les autres.

samedi 27 novembre 2010

Assemblée Générale constitutive de l'AMAP du Haillan

Bonjour à tous !

Au milieu de ce parcours du combattant que nous sommes en train de mener, nous avons eu le plaisir de voir se constituer un groupe de personnes pleines d'entrain qui travaille sur la constitution de la future AMAP du Haillan. Celle-ci commence à prendre forme et se concrétisera lors de l'Assemblée Générale constitutive, qui aura lieu le mardi 7 décembre à partir de 20h30 dans la salle du CLAD du Forum des associations.

Toutes les personnes souhaitant faire partie de l'AMAP sont invitées à participer. En cas d'empêchement, vous pouvez vous faire connaître auprès du groupe "organisateur" à l'adresse suivante : amap@lehaillan.org

A très bientôt !

lundi 22 novembre 2010

Les étapes de l'installation - le Plan de Développement Economique

Reprenons où nous avions laissé les choses...

Dans les messages précédents, nous vous avions raconté les premières étapes administratives que nous avions réalisées. En ce qui concerne les démarches incontournables avant d'être déclarés installés, nous étions passés plusieurs fois par la chambre d'agriculture, pour différents diagnostics, nous avions complété notre expérience professionnelle en passant chacun une saison chez un maraîcher bio différent, et nous avions réalisé le stage "21 h" (3 jours de formation) au cours duquel nous avions rencontré d'autres jeunes en cours d'installation, ainsi que certains acteurs à qui nous allons avoir à faire en tant que futurs agriculteurs (MSA, crédit agricole, administration publique,... ).

L'étape suivante, qui a pris plusieurs mois, et qui touche quasiment à sa fin aujourd'hui, est l'élaboration du Plan de Développement Économique (PDE).


Il s'agit d'élaborer une comptabilité prévisionnelle sur 5 ans, qui sera présentée à la banque qui financera les emprunts Jeune Agriculteur, et qui sera ensuite instruite à la chambre d'agriculture, pour être présentée en CDOA (Commission Départementale d'Orientation Agricole) avec le reste de notre dossier.

Le PDE doit être réalisé auprès d'un centre de gestion agréé. Nous avons dû leur apporter un maximum de chiffres, qu'ils ont ensuite travaillés et mis en forme. On nous avait dit que réunir tous ces chiffres serait assez rapide, mais vu la complexité de l'activité que nous avons choisi, si l'on veut faire quelque chose qui tient à peu près la route, il faut prendre le temps de bien construire le projet.

Très souvent en maraîchage, on commence par déterminer un plan d'assolement, afin de voir ce que l'on peut produire, c'est à dire que l'on fixe des surfaces pour chaque culture que l'on souhaite pratiquer, en fonction des parcelles disponibles. On réfléchit ensuite à la manière de commercialiser la production. Ce raisonnement est beaucoup plus simple que l'inverse.

Cependant, comme nous commençons notre activité avec une grande partie des débouchés en AMAP, et afin d'optimiser le contenu des paniers, nous avons raisonné dans l'autre sens :

Nous savions qu'il fallait un minimum de 40 à 50 contrats AMAP (1 panier par semaine par contrat) par agriculteur afin de pouvoir pérenniser notre activité. Nous avons choisi de fournir 50 contrats la première année, plus l'équivalent du volume de 25 contrats en vente à la ferme. À partir de la deuxième année, nous passerons à 80 contrats, en conservant le même volume de légumes en vente à la ferme.

À partir de là, nous avons élaboré tous les paniers, semaine par semaine, sur toute une année, en épluchant les catalogues des semenciers Bio, afin de voir quels légumes il serait possible de produire pour chaque période. Nous avons fixé les quantités de chaque légume pour chaque panier, afin que cela convienne pour une famille de 3 à 4 personnes.

Pour la vente directe, nous n'avons pas toujours conservé les mêmes proportions que pour les paniers : certains légumes classiques seront disponibles en plus grande quantité, comme les pommes de terre, d'autres en quantité moindre, ou sur une période plus courte, comme les fèves et les premières courgettes, et certains ne sont pas prévus pour la vente directe et seront réservés pour l'AMAP, comme les fraises et les asperges.

Nous avons calculé les surfaces nécessaires à semer ou planter pour chaque culture, ainsi que les quantités de graines et plants à acheter. Pour cela, nous avons tenu compte des rendements moyens obtenus en bio, des écartements possibles pour la plantation de chaque culture, et des pertes possibles en cours de culture (ravageurs, maladies, mauvaise germination, météo) ou après cueillette (au cours du stockage).

Nous avons ensuite choisi une grande partie des variétés pour chaque légume, afin d'estimer le coût des semences et des plants. Nous n'achèterons que très peu de plants, car le coût est très important et  car le choix des variétés disponibles est assez restreint : en bio, il y a un fournisseur principal pour les plants à repiquer, et il travaille essentiellement avec des variétés hybrides F1 (si certains le souhaitent, nous pourrons justifier notre préférence pour des variétés non-hybrides dans un autre message). En contrepartie, nous savons que produire soi-même ses propres plants à repiquer nécessite beaucoup de travail et de rigueur, un savoir faire dont nous ne disposons pas encore et que nous avons des risques de perte avant plantation... mais pour le moment, les résultats de nos semis sont plutôt satisfaisants.

Nous avons évalué le reste des charges d'exploitation (fertilisation, protection des cultures, carburant, entretien du matériel et des bâtiments, charges de personnel,... ).

Enfin, nous avons dû chiffrer les investissements à prévoir sur les cinq années à venir. Pour l'instruction de notre dossier, il faut fournir tous les devis pour tous les investissements. Dans un des derniers messages, nous vous avions parlé des forages qu'il allait falloir refaire. Cela fait partie des dépenses qui n'étaient pas prévues au départ et qu'il nous a fallu chiffrer au dernier moment.

Petite note entre parenthèses, pour les forages, nous avons également dû commencer les démarches de déclaration et de demande de prélèvement en eau. Afin d'avoir cette autorisation, nous allons devoir faire faire une étude d'incidence par un bureau d'études privé. Coût annoncé.... 3000 € (hors taxes , bien sûr). Ceci n'est qu'un exemple parmi beaucoup d'autres qui illustre les obstacles qui peuvent se présenter lors d'une installation. On comprend que beaucoup de jeunes renoncent à s'installer ! Bref, fin de la parenthèse.

Nous avons donc (presque) réuni  tous ces chiffres et devis, nous avons beaucoup échangé avec la personne qui réalise notre Plan de Développement Économique, et nous avons rencontré une première fois le banquier du Crédit Agricole en charge des dossiers d'installation. Là encore, on se demande comment des jeunes qui partent de rien et qui veulent s'installer peuvent y arriver. Nous partons sur un emprunt qui tourne autour de 60 000 € à deux. La plupart du temps, les projets d'installation dépassent largement les 100 000 € d'emprunt pour une seule personne. Il existe un organisme, le SIAGI, qui moyennant certains frais, se porte garant à hauteur de 30 % du montant de l'emprunt après étude du dossier. Si le SIAGI donne son aval, le Conseil Régional se porte garant pour 30 % de plus. Le banquier a exigé que l'on apporte en garantie ou caution les 40 % restants, soit un total de 100 % de garantie ! Comment peut faire un jeune qui n'a presque rien et qui ne veut pas engager la responsabilité d'un proche ?

Notre dossier sera présenté à la chambre d'agriculture la semaine prochaine, et sera  alors approuvé ou non par la banque début décembre, puis il passera devant la Commission Départementale d'Orientation de l'Agriculture le 15 décembre.

D'ici là, nous n'avons théoriquement pas le droit de commencer à exploiter, puisque pour être considérés comme jeunes agriculteurs et pouvoir prétendre aux aides à l'installation, nous devons être réputés non-installés. En attendant, il faut bien préparer les cultures de début de printemps, mais... chut ! ne dites rien, ce n'est pas officiel...

jeudi 18 novembre 2010

Quelques nouvelles du terrain

Cela fait bientôt un mois que nous n'avons rien publié. Que s'est-il passé depuis tout ce temps ?

Nous reviendrons plus longuement dans un prochain message sur la suite des étapes à l'installation, ce parcours du combattant dans lequel nous nous sommes lancés, mais en attendant, voici quelques nouvelles du terrain.

Fin octobre, la famille d'Adrien est descendue de Mayenne pour nous aider dans le démontage des serres. Gros chantier sur 4 jours pendant lesquels nous avons vraiment bien avancé. Sur les 5 serres du départ, il n'en reste plus qu'une debout, et qui est déjà débâchée. Quasiment tout le reste est ramené sur la ferme. Merci à Philippe, Gérard et Kévin, qui sont descendus, et à Daniel qui nous a encore une fois aidés.





Nous avons ensuite entrepris de finir de préparer les parcelles, afin de pouvoir les cultiver. Manque de chance, notre tracteur a eu un petit soucis technique (pompe à eau), donc grosse réparation, réalisée par Gilles, qui nous a également bien dépannés en labourant une grande partie des parcelles avec son propre tracteur.

Derrière ça, nous avons subi les caprices de la météo, c'est à dire, petites tempêtes et grosses précipitations, qui ne se sont d'ailleurs toujours pas arrêtées. Nous avions déjà du retard, cela n'arrange pas les choses. En effet, nous comptions épandre du fumier sur toutes les parcelles, pour ensuite semer un engrais vers d'hiver (de l'avoine). Mais avec toute cette pluie, impossible de rentrer sur la plupart des parcelles, ni d'aller chercher du fumier en quantité. Nous épandrons donc du fumier en sortie d'hiver et nous semons directement l'avoine sur les parcelles accessibles, car nous sommes à la période limite pour semer.

Entre temps, nous avons également terminé de monter notre serre de plants, qui est maintenant bâchée et a pu accueillir nos premiers semis : poireaux, oignons, et artichauts, qui attendaient sous un abri temporaire dans le jardin de la maison, et nous y avons aussi semé de la rhubarbe.

Jeunes plants d'artichaut

Jeunes plants de poireau


En plein champ, nous avons semé la première moitié des fèves, et nous avons planté l'ail et l'aillet. Pour les non-Bordelais, l'aillet est l'ail jeune dont on consomme le début de bulbe en formation, avec une partie des feuilles. On peut le manger cru émincé dans les salades, ou cuit, notamment dans les omelettes.


La plantation de l'ail et de l'aillet avec Jocelyne, la mère de Fanny


Voilà pour les travaux des champs. Dès que nous aurons le temps, nous écrirons un long message sur les galères de l'installation.

En ce qui concerne la création de l'AMAP du Haillan, une date a été décidée pour l'assemblée générale constitutive. Pour les personnes intéressées qui ne seraient pas venues aux premières réunions, ou qui n'auraient pas été recontactées, vous pouvez envoyer un mail à l'adresse suivante : amap@lehaillan.org

mardi 19 octobre 2010

premiers semis et première serre

Ces deux dernières semaines, le temps est passé encore plus vite que d'habitude. Les jours raccourcissent et le travail ne manque pas. Entre le transport de la première serre, la fumure et la préparation du terrain pour l'accueillir, et le remontage (en famille), il nous a aussi fallu prendre le temps de tester l'état de nos forages (à refaire...) et de commencer nos premiers semis qui dorment sous un abri provisoire, en attendant la fin du remontage de notre serre de plants.
transport des arceaux

 la serre de plants
remontage de la serre de plants

semis d'oignons et de poireaux

dimanche 10 octobre 2010

Du producteur au « consomm'acteur »

Sud Ouest - 7 octobre 2010 06h00 | Par Denis Duclos

Les Haillanais se sont réunis à l'initiative de la Ville, pour mettre sur pied une association.

 Adrien et Fanny, les jeunes agriculteurs.  photo D. D.
Adrien et Fanny, les jeunes agriculteurs. photo D. D.
 
C'est la deuxième réunion à laquelle assistaient ce mardi, des Haillanaises et des Haillanais en réponse à l'invitation de la Ville pour s'informer et discuter du principe des Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne, autour de la coordinatrice du réseau Amap Gironde, Gaëlle Bertonèche.

Dans le contexte du passé maraîcher (et toujours présent) de la commune, ainsi que des enjeux grandissants de l'origine et la qualité des produits alimentaires, les habitants se sont retrouvés pour découvrir un système qui permet le développement de relations privilégiées entre consommateurs et producteurs.

L'objectif est de valoriser une agriculture locale raisonnée, voire « bio », avec un partenariat consommateurs acteurs, concrétisé par un véritable contrat. C'est aussi l'opportunité de s'approvisionner régulièrement en produits frais de saison, et de rémunérer le producteur à un juste prix.
Pour constituer l'Amap au Haillan, c'est-à-dire le groupement de consommateurs, il va falloir dans un second temps se mettre d'accord sur un certain nombre de points en lien avec les agriculteurs, la durée des contrats, la taille des paniers distribués chaque semaine, le lieu de distribution, le prix du panier…

Jeunes agronomes 

 Le projet est d'autant plus intéressant qu'il doit contribuer à l'installation sur la commune d'un jeune couple, ingénieurs agronomes de formation, Fanny Puard et Adrien Busson qui, pleins d'enthousiasme, souhaitent reprendre les terres agricoles du grand-père pour créer leur exploitation et produire en bio. Le système de l'Amap, avec le contrat consommateur/producteur et le paiement en amont des paniers distribués, doit leur permettre de démarrer leur activité sans une trop grande avance de trésorerie. Les consommateurs vont donc jouer un rôle important dans l'installation et la pérennisation de l'activité.

Pour tous ceux qui souhaitent participer à la création de l'Amap du Haillan et soutenir le projet de ces jeunes agriculteurs, contacter Annabel Albrech (05 57 93 12 02 et annabel.albrech@ville-lehaillan.fr) ou retrouver Fanny et Adrien sur leur blog (adrienetfanny. blogspot. com)

La préparation des terres

Avant de pouvoir commencer nos semis et plantations, il nous faut gagner une première bataille : transformer des prairies infestées de chiendent et de jonc, en terrains moins hostiles, prêts à accueillir nos petits légumes.

Au départ, nous partions de ça...

Autant dire que la bataille n'est pas simple à gagner, car c'est bien connu, le chiendent est une des pires mauvaises herbes qui existent !

Bien entendu, il est hors de question d'utiliser des désherbants chimiques pour arriver à nos fins. Il faut donc utiliser des moyens mécaniques. Il ne faut cependant pas faire n'importe quoi. En effet, même en l'arrachant et en le découpant en petits morceaux, ce sont autant de boutures prêtes à repartir, si celles-ci trouvent des conditions favorables à la repousse. Par exemple, un outil qui hacherait et mélangerait le chiendent à la terre, tel qu'un rotavator, ne ferait que favoriser la multiplication du chiendent.

Nous avons donc cherché un moyen d'épuiser le chiendent. Nous avons commencé par passer un cover-crop (ou déchaumeur), outil constitué de deux séries de disques verticaux qui scalpent le sol superficiellement, selon deux angles différents. Cela permet de découper des langues de terre et de les brasser, sans pour autant faire de trop petits morceaux.



Nous avons ensuite passé un vibroculteur (ou herse canadienne), outil constitué de nombreuses dents montées sur ressorts, afin de remonter le chiendent à la surface du sol, de casser les mottes, de fractionner un peu les rhizomes, et de laisser sécher le tout au soleil, grâce à l'été indien que nous avons eu.


 
Et voilà le résultat... avant la pluie

Mais après la pluie... il faut recommencer pour casser les germes qui sont ressortis...



Nous espérons maintenant avoir suffisamment épuisé le chiendent (et le jonc sur les parcelles plus humides) et nous allons maintenant enfouir toute cette herbe morte, en labourant à l'aide d'une charrue.

Nous apporterons ensuite du fumier de cheval que nous allons récupérer dans un centre équestre à proximité de la ferme, et nous passerons une nouvelle fois le cover-crop afin de répartir le fumier sur la couche de terre où pousseront nos légumes.

Enfin, nous passerons un dernier outil, la herse rotative, qui permettra d'affiner et d'aplanir le sol, juste avant de réaliser nos semis et plantations.

dimanche 3 octobre 2010

Démontage des tunnels - 2ème partie : la structure

Et voilà, la première serre est entièrement démontée. Merci à Daniel pour le coup de main.








Pour le moment, nous avons complètement démonté une serre, défait le plastique et les fils de fer d'une autre serre, et défait le plastique d'une autre moitié de serre, plus l'irrigation sur toutes les serres.

Il nous reste à déterrer les plastiques de la dernière moitié de serre sans ouvrant, découper les plastiques des 2 serres avec ouvrants, défaire et enrouler les fils de fer de 3 serres, démonter la structure de 4 serres, ... et remonter le tout chez nous !

Mais pourquoi avance-t-on si doucement ?

Malheureusement, nous avons plusieurs chantiers à mener en même temps : il nous faut boucler notre dossier d'installation pour la deuxième quinzaine d'octobre, mais aussi préparer les terrains pour commencer à cultiver et gérer quelques petits imprévus (souvent des problèmes de tracteur).

Prochain message : la préparation des terrains.

lundi 20 septembre 2010

Démontage des tunnels

Nous remercions tous les vaillants travailleurs qui sont venus nous aider pour le démontage des tunnels en semaine ou dans le week-end : Patrick, Gilles, Jocelyne, Sébastien, Daniel, Loïc, Emilie, Aymeric, Clément et Antoine.

Quelques photos du chantier :

 Le débâchage des serres


Le démontage des fils de fer
 


Une petite pause bien méritée

Vous pouvez retrouver toutes les photos à cette adresse :

http://picasaweb.google.fr/109880976923516519654/DemontageDesTunnels1erePartie02?authkey=Gv1sRgCLPvnoWIq-jWpgE&feat=directlink

jeudi 16 septembre 2010

La certification Bio

Pourquoi avoir choisi d'être certifiés Bio malgré les contraintes ?

Etre certifié en bio, ce n'est pas un choix de facilité. Vu l'emplacement où nous sommes, la certification ne s'imposait pas. Beaucoup de maraîchers en vente directe ont une relation de confiance avec leurs clients et nous aurions pu cultiver "comme en bio", sans nous imposer le carcan de la certification.

Il est bien entendu interdit d'utiliser des pesticides de synthèse, désherbants et engrais chimiques, et cela fait partie des convictions de base qui nous ont poussé à choisir ce mode de culture. Si le bio s'arrêtait à ces simples principes, peut-être que d'avantage de producteurs "raisonnés" sauteraient le pas (quoi que... un peu de désherbant de temps en temps, ça rassure... ).

Seulement, en plus du coup de la certification, il faut savoir que l'on ne peut acheter que des semences bio (ou non traitées si elles ne sont pas disponibles en bio) qui sont beaucoup plus chères que les semences conventionnelles. Cela veut dire également que l'on ne peut pas récupérer les semences d'un papy non certifié, et donc, comble de l'histoire, que beaucoup de variétés anciennes ne sont pas utilisables en bio, car non disponibles.

Alors, pourquoi s'engager en bio ?

La certification est pour nous une véritable reconnaissance de notre engagement auprès de nos futurs clients. Aujourd'hui, l'agriculture "raisonnée" est très à la mode et les producteurs qui s'en revendiquent y cachent absolument tout et n'importe quoi, en allant des "presque bios" que nous respectons beaucoup, jusqu'à ceux qui considèrent qu'il raisonnent leurs produits, car "vu le prix que ça coûte, on ne va pas gaspiller, on met juste la bonne dose, on n'est pas bêtes quand même !" Alors, c'est vrai que l'on pourrait se contenter de la confiance de nos clients, mais c'est pour nous une garantie que l'on va pouvoir leur apporter, qui permettra également de justifier des prix un peu plus élevés qu'en conventionnel.

La deuxième raison est financière (certains diront "ils sont fourbes ces agriculteurs !"). Le fait d'être en bio, nous permet de bénéficier d'aides publiques supplémentaires (en plus des aides à l'installation), c'est-à-dire d'accéder à un barème de subventions un peu supérieur et à des déductions d'impôts. Mais ne vous inquiétez pas, on est très loin des aides PAC des céréaliers !


Le choix du certificateur et la dérogation de réduction du temps de conversion
 
La certification bio peut se faire auprès de plusieurs organismes certificateurs. Le principal certificateur est Ecocert. Nous avons estimé qu'il était plus intéressant de travailler avec Agrocert, et ce pour une raison toute simple : le prix de la cotisation de la première année.

Sur une année normale, les tarifs sont à peu près équivalents (et même légèrement inférieurs chez Ecocert). Cependant, comme pour tout un tas d'autres formalités que nous aborderons plus tard, le timing de notre installation tombe très mal.

Afin de pouvoir être certifié en agriculture biologique, il faut en général passer par deux ans de conversion. Sous certaines conditions, il est tout de même possible de bénéficier d'une dérogation pour être directement certifié en bio. Les terres que nous allons cultiver n'ont pas été travaillées depuis un certain nombre d'années et seuls quelques moutons y pâturent. Nous rentrons donc dans les conditions de dérogation.

Vue sur les parcelles encore en pâturage

Pour bénéficier de cette dérogation, nous devions nous engager avant d'effectuer la moindre opération sur les terres, et attendre le passage d'un contrôleur pour établir le constat. Nous nous sommes donc engagés à partir du mois de juillet. Chez Ecocert, la cotisation était à payer sur l'année entière, alors qu'Agrocert nous fait payer au prorata des mois d'engagement.


Comment se passe la certification ?

Nous avons d'abord reçu un devis, accompagné des papiers d'engagement, des textes règlementaires et d'un tableau de recensement des parcelles à convertir. A partir du moment où le certificateur reçoit notre engagement, le contrôleur doit passer dans un délai de un mois. Dans le cas contraire, il est possible de commencer à travailler les parcelles, en laissant une bande enherbée et en prenant des photos faisant preuve.
Nous avons ensuite reçu notre certificat d'engagement et nous avons dû notifier notre activité auprès de l'Agence Bio. 

Au début du mois d'août, la contrôleuse est passée pour réaliser la première visite et a émis un avis favorable concernant notre demande de dérogation. Notre demande est ensuite passée en commission, et nous attendons toujours la réponse...



Merci à ceux qui ont eu le courage lire ce message jusqu'au bout... en espérant qu'il aura été plus instructif qu'ennuyeux. Pour améliorer la qualité de ce blog, n'hésitez pas à nous envoyer vos conseils ou vos critiques. Nous avons encore de nombreux sujets à aborder, d'autres photos sont à venir, mais vous aurez compris, le temps nous manque...